Luxe, mode, joaillerie et cosmétique : Portrait de la nouvelle femme chinoise

Femme au foyer, soumise et obéissante, voici l’image de la femme chinoise, que des siècles de culture ont ancré, dans nos esprits. Après un boom moderniste, alors que la génération « Wenyi Qingnian » (jeunesse cultivée) tente de se construire une identité, loin de son passé communiste, et se pose des questions existentielles, proches de celles de notre propre génération Y, le Journal du Luxe a dressé, lors d’une matinale, le portrait de cette nouvelle femme chinoise et de ses habitudes de consommation. Retour sur cet événement et analyse.

La femme chinoise et la quête du bonheur.

Aujourd’hui le principal objectif de la femme chinoise est d’atteindre le bonheur, symbole de la réussite. Et pour ces femmes, atteindre le bonheur s’est se construire, s’accomplir, atteindre une satisfaction personnelle et ne plus se conformer à l’image globale.

Aujourd’hui elles ont envie de :

• Reprendre le contrôle de leur vie professionnelle et d’atteindre des postes à hautes responsabilités. 51% des femmes chinoises sont à la tête de postes à responsabilités et ceci dans tous les domaines : scientifique, numérique, luxe, art, culture… Et 14 des 50 femmes les plus influentes et riches du monde sont chinoises.

• Trouver un équilibre paritaire au sein de leur couple ou parfois même d’opter pour le célibat (décision souvent vue d’un mauvais oeil de la part des générations plus âgées qui entraine des pressions sociales fortes) afin d’atteindre leurs objectifs de carrière.

• Aider leurs enfants à parvenir à l’objectif bonheur qu’elles se sont fixée à elle même.

Les femmes chinoises sont sophistiquées, indépendantes, déterminées, séductrices et savent où elles vont.

Alors pour entrer entièrement dans la peau de cette nouvelle femme, elles veulent un look en adéquation et vont consommer davantage.

La Chine développe sont propre style.

Les consommateurs chinois vont sur internet, non pas pour acheter, mais pour se divertir et commenter. A l’inverse des occidentaux, les chinois ne sont pas passés par le desktop mais directement sur le mobile où ils sont en permanence connectés avec le monde entier et où ils ont accès à tout très rapidement. Alibaba estime d’ailleurs le nombre de commandes à 175 000 à la seconde et annonce que 50 millions de colis sont livrés par jour. Total des achats réalisés sur Alibaba en une journée : 17,8 milliards de dollars. Soit 1/4 du chiffre annuel du e-commerce en France.

Si les consommateurs chinois ont toujours eu un fort engouement pour les produits de luxe occidentaux et notamment pour le made in France, ils se tournent maintenant vers le « Proud to be made in China ».

Désormais, on préfère acheter local plutôt qu’étranger, la durabilité et la qualité sont essentielles et les savoir-faire manquants sont recherchés à l’international.

La mode chinoise a dorénavant son propre style. Elle se détache de son image d’usine de la mondialisation et rejette son côté bling-bling, grâce à de jeunes créateurs audacieux qui repoussent les limites de leur propre culture, en proposant une mode originale, des designs uniques et une palette de couleurs qui diffèrent, vraiment, de celles utilisées en occident.

Ce mélange, couleurs et motifs combiné avec de nouvelles matières, (remplacement du cuir, par exemple) obtenues par des méthodes et techniques innovantes, est la signature des stylistes chinois et devient de plus en plus populaire auprès des créateurs occidentaux. Il apporte au monde de nouvelles opportunités et inspirations et rebat les cartes du : qui inspire qui.

La consommation des cosmétiques et de la joaillerie.

Shirley Zhang, créatrice de la marque de joaillerie Sherley, observe plusieurs changements dans les tendances de consommation de la joaillerie en Chine :

•Les pièces de joaillerie sont acquises à l’occasion des anniversaires et des mariages avec la volonté de pérenniser ces biens dans le cercle familial, en les transmettant de génération en génération.

•La joaillerie est également achetée pour des cérémonies privées et pour des moments spécifiques de la vie religieuse.

•Elles sont aussi acquises pour un usage décoratif. La décoration intérieur d’une maison par exemple.

•Et enfin, le plus important, pour les porter sur soi, comme élément de distinction dans une tenue fashion. Le collier est l’accessoire le plus populaire auprès des consommatrices suivis par les bagues et les bracelets. Les consommatrices chinoises vont davantage privilégier l’or mais commencent à se tourner vers les pierres précieuses.

A l’inverse de la mode made in China qui commence à se développer à l’échelle mondiale, les marques de cosmétiques haut de gamme françaises sont encore très recherchées par les femmes chinoises. Elles sont vues comme un gage de qualité et sont rassurantes pour les utilisatrices.

Avec la découverte de plusieurs produits cosmétiques nocifs en Chine, les consommatrices sont de plus en plus exigeantes et prudentes dans leur sélection de marque. Dorénavant les chinoises vont privilégier des marques qui assurent l’authenticité et la qualité de leurs produits.

Les femmes chinoises vont plutôt choisir leurs marques de cosmétiques en fonction de la transparence de celles-ci sur la composition de leurs produits ( plus y aura d’ingrédients et plus la marque sera rassurante) et elles opteront pour des cosmétiques à base d’ingrédients naturels.

Les femmes vont également privilégier des marques, comme Saison d’Eden, qui correspondent en tout point à leurs attentes. En effet les femmes chinoises adaptent leurs produits de beauté selon les saisons. Alors que la marque se destinait au marché français, elle a finalement été sollicitée par le marché chinois grâce à ses produits fait sur mesure pour les femmes chinoises.

 


Crédits photos : Jonathan Kos-Read
Source : Conférence « La nouvelle femme chinoise » du mardi 10 oct 2017 par le Journal du Luxe.